Comment faire et utiliser son gel de lin maison

Issu du bassin méditerranéen, le lin est une plante ancienne cultivée depuis l’antiquité, selon les variétés, le lin était utilisé pour la fabrication de textiles ou pour extraire de l’huile. Mais toutes les variétés de lin portent des fleurs dont la capsule contient des graines aux multiples usages.

Les Egyptiens et les Grecs ont utilisés les graines de lin pour lutter contre les coups de soleil, contre les plaies et la toux, et également contre la constipation. Hildegarde de Bingen recommandait les compresses de graines de lin pour lutter contre la fièvre et l’inflammation. Mais cette petite graine traite aussi l’hypertension, aide à réduire les risques de maladies cardiaques telles que l’athérosclérose et l’hypercholestérolémie. Elle prévient le risque de cancer du sein et soulage les symptômes de la ménopause. Enfin, les graines de lin constituent une source d’acide alpha-linolénique (AAL), une substance qui fait partie de la famille des acides gras oméga-3.  Pour en savoir plus sur les propriétés de la graine de lin…

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est le mucilage de graine de lin. Les mucilages sont des substances végétales, constituées de polysaccharides, qui gonflent au contact de l’eau en prenant une consistance visqueuse, parfois collante, semblable à la gélatine.

Propriétés du mucilage de lin

Les propriétés cosmétiques du mucilage de lin sont les suivantes :
– adoucissant
– anti-oxydant
Р̩mollient
– apaisant

Pour la peau :
Il peut être utiliser en cas de peau sèche ou sensible mais aussi en cas de production excessive de sébum. En masque ou en incorporation dans les préparations, il apportera douceur, beauté et éclat à la peau.

Pour les cheveux :
Il peut être utiliser, dans la confection de masque capillaire comme actif hydratant. Dans un spray capillaire ou plus simplement comme gel coiffant & nourrissant.

Attention : un produit naturel ne veut pas forcément dire qu’il est inoffensif. En effet vous pourriez très bien faire une allergie. C’est pourquoi il est préférable de faire un test avant toute utilisation.

Méthode à chaud à gauche et à froid à droite
Méthode à chaud à gauche et à froid à droite

Recette à froid
10 g de graines de lin
60 g d’eau filtrée

Laissez tremper les graines de lin dans l’eau que vous aurez préalablement fait bouillir, pendant 12 heures. Vous obtiendrez un gel de la consistance du blanc d’œuf que vous pourrez alors filtrer à l’aide d’un bas.

Recette à chaud
10 g de graines de lin
300 g d’eau

Mettez les graines dans l’eau et faite bouillir pendant environ 1/4 d’heure. Comme pour la recette à froid vous obtiendrez un mélange gélatineux à la consistance ferme qu’il faudra également filtrer.

Comme pour la méthode à froid, filtrez à l’aide d’un bas pour en extraire tout le gel. Et ce n’est pas aussi simple qu’on se l’imagine ! 😉
Attention : plus vous laisserez le gel sur le feu, plus il sera épais et moins il sera facile de le filtrer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Précautions d’utilisation

Une fois préparé, utilisez rapidement votre mucilage maison. Car il n’y a aucun conservateur dedans. En cas de doute, comme une odeur ou une couleur suspecte, il convient de jeter votre préparation. Si vous souhaitez le conserver plus longtemps, il convient d’ajouter un conservateur comme l’extrait de pépin de pamplemousse (EPP). La vitamine E ou certaines huiles essentielles  peuvent aussi apporter d’autres bienfaits à votre mucilage de lin. En savoir plus sur les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité.

Je vous conseille de tester les deux méthodes. Selon vos préférences et en fonction de l’utilisation que vous en ferez, vous pourrez ainsi utiliser l’une ou l’autre de ces méthodes de préparation. Personnellement j’utilise la première pour mon spray capillaire et la second pour la réalisation de mon masque (donc je vous parlerais prochainement promis 🙂 )

Publicités

4 commentaires

  1. Attention,!!! la vitamine E n’est en aucun cas un conservateur et encore moins dans une préparation aqueuse! Elle a des propriétés antioxydantes et permet à ce titre de protéger les huiles et beurres du rancissement, ce qui ne supprime pas la nécessité absolue d’ajouter un conservateur dans toutes préparation contenant une phase aqueuse.

    J'aime

    • Bonjour,
      Oui, c’est tout à fait exact. Je conseille justement dans ce paragraphe d’utiliser de EPP comme conservateur et que la vitamine E ou certaines HE pouvaient être ajouter pour apporter d’autres bienfaits. Mais effectivement, je n’ai fais qu’une phrase, là où j’aurais pu en faire deux. La virgule vous a induite en erreur. Ce qui m’a permis de modifier le texte et de remplacer la virgule par un point afin que le doute ne subsiste plus. Merci de cette remarque

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s